Archives du mot-clé Outremont

À propos de Pierre Lacerte, juge, censeur et parti

« Quant à Christian Aubry qui tire parti de ces vidéos tournées en toute illégitimité, voici, selon le générique du repiquage qu’il a mis en ligne, les clients (ou commanditaires) de son œuvre! Chapeau, Aubry! À moins qu’il faille désormais dire Kippa! »

Encore un subtil trait d’humour bon enfant du blogueur ultra-laïque d’Outremont, Pierre Lacerte, passé maître dans la pédagogie d’intégration sarcastique et revancharde, les sous-entendus fielleux, les photomontages désobligeants, le non-respect des licences de contenu et, last but not least, les discours antisémites subliminaux, résistant aux tribunaux, certes, mais bien réels pour qui y est sensible ou qui veut bien prendre la peine d’ouvrir les yeux tout en écarquillant ses œillères. C’est regrettable, mais attendu que:

  1. le Juge des petites mécréances d’Outremont  persiste et signe,
  2. qu’il ne publie plus les commentaires et droits de réponse que je lui soumets,

je me vois dans l’obligation de parler ici d’autre chose que d’« amour infini ». Toutes mes excuses à l’innocente brebis égarée en cette page… 😉


Voici donc (à quelques corrections, retouches, ajouts de liens et précisions prêt) le commentaire dont j’ai demandé publication, la semaine dernière, en réponse au dernier opus du très citoyen Pierre Lacerte : LES «DEALERS» DE L’OMBRE — magnifique titre que l’on dirait traduit d’un tabloïd trash londonien!


Le juge Pierre LacerteDroit de réponse, M. le Juge, SVP! Si j’ai signé le modeste montage de cette vidéo (publiée sur ma chaîne Youtube, en passant), c’est pour de multiples raisons. D’abord, par souci de transparence. Ensuite, parce que je n’ai aucune honte à appuyer mes voisins hassidiques dans leur combat, que j’estime légitime, contre l’intégrisme laïque que vous représentez fort bien.

Que cela vous plaise ou non, ces gens-là (comme « ils » disent) existent. Ils sont là, dans notre quartier. Ils ne font de mal à personne, sauf à ceux qui, comme vous, s’auto-flagellent en ne faisant aucun effort pour les tolérer, sauf si on ne les voit pas, on ne les entend pas, s’ils n’observent pas leurs coutumes— bref, s’ils n’existent pas en tant que Juifs hassidiques.

Cette attitude de rejet ne répond pas à mes standards en matière de tolérance, de démocratie et de liberté. À ce compte-là, il me faudrait également endosser le discours des Canadians purs et durs trouvant leurs minorités francophones geignardes et indésirables, d’autant qu’elles s’imaginent (non mais, quelle rigolade!) avoir des droits collectifs au sein d’un Canada uni et anglophone d’un océan à l’autre, à l’exception de son pittoresque village gaulois. Et pourquoi ne pas admettre avec eux, tant qu’à y être (comme votre blogue tend à le suggérer, M. le Juge), que les Québécois sont racistes, antisémites, voire même néofascistes?

Heureusement, nous savons tous deux que ce n’est pas le cas. Alors, désolé, M. le Juge, mais je ne mange pas de ce pain-là.

« En crachant au visage de M. Larin », dîtes-vous…

C’est curieux comme tous ceux dont les idées s’opposent aux vôtres vous semblent belliqueux, méprisants, intolérables… tandis que vous, ô le plus paisible des êtres, votre miroir vous renvoie l’image même de la perfection. Dans chacun de vos pamphlets, il y a pourtant des signes qui ne trompent pas. Par exemple:

« Amy Fish, une femme qui œuvrait au Jewish Eldercare »

Ben coudon! Simple fait journalistique, n’est-ce pas? Pur hasard s’il s’agit d’une femme juive. La généralisation insidieuse découlant de la juxtaposition de cette information avec ce qui suit n’aurait, bien entendu, aucune saveur antisémite. Inutile, donc, d’illustrer votre propos en utilisant un autre ouvrage, comme L’art de se plaindre et de se faire entendre, du psychothérapeute new-yorkais Guy Winch, un nom de famille bien anglo-saxon. Dommage, car cet ouvrage est très instructif et permettrait peut-être de comprendre les jérémiades sectaires des bien-pensants laïques d’Outremont qui n’ont de leçon à recevoir de personne quant à cet art subtil de manipuler l’émotion citoyenne. La convocation  de Mme Fish dans ce billet serait le fruit d’un hasard fortuit basé sur un fait dûment validé? Ben voyons…

« Certains diront que ces hommes en noir n’avaient pas besoin de se farcir cette plaquette puisqu’ils ont mille fois fait la preuve qu’elle coule dans leur sang depuis toujours. »

La conscience du JugeAlors là, bravo! Je peux entendre Jiminy Cricket s’agitant dans votre bocal surchauffé, M. le Juge. « Voyons… Si je me livre à cette affirmation moi-même, je m’expose à l’inacceptable accusation d’antisémitisme — car « dans le sang depuis toujours« , évidemment, c’est bien la stigmatisation de la race. OK, alors je vais commencer par « certains diront que« … Ça, c’est un fait, donc du journalisme, coco, pas de l’antisémitisme de bas étage. Oh que non! 🙂 »

Bref, moi aussi, je persiste et signe, M. le Juge. Et je vous signale que ces captations n’ont, à ma connaissance, rien d’illégal (sinon, expliquez-moi sans tacher votre toge pourquoi elles ont été tolérées), pas plus que les photos que vous preniez vous-même, depuis votre arrière-ban, lors de ces deux consultations… publiques, faut-il le préciser. D’ailleurs, la première captation a eu un heureux effet puisque l’arrondissement a décidé de lever le voile sur la seconde en assurant lui-même, cette fois-ci, sa propre captation. Comme quoi, même ce qui vous défrise peut avoir du bon.

Lieux de culte à Outremont: quel est le problème?

HannukahJ’ai eu l’occasion de m’exprimer publiquement, lors de la consultation publique du 24 mai dernier, au sujet du projet de règlement interdisant les nouveaux lieux de culte sur les deux seules artères commerciales d’Outremont où ils étaient encore autorisés. Limité par le temps, je n’ai cependant pu livrer qu’une toute petite partie du message que j’avais préparé. Je me suis donc restreint à la première partie, plus appropriée au contexte et moins polémique (chat échaudé craint l’eau froide!), mais je tenais à ce que le reste soit connu de nos élus. Je leur ai donc adressé le texte que voici:

Madame la Mairesse,
Mesdames les Conseillères,

Comme vous le savez, nous sommes en 2016. Tous les jours, le monde change un peu plus et je ne crois pas qu’il soit prêt de s’arrêter. Je ne reviendrai pas sur le fond de la question qui nous réunit ce soir, et dont les seules alternatives ont fort bien été présentées, le 1er décembre 2015, ici même, par MM. Jean Larin et Guy Archambault. Les vidéos de leurs deux interventions sont disponibles en ligne, sur Facebook et YouTube. Je parlerai donc de lieux de culte et de revitalisation de nos artères commerciales :

1) En ce qui concerne la rue Laurier, il y aurait pas mal de travail de pédagogie à faire pour me convaincre qu’il y a là, aujourd’hui, un problème. Les commerces de luxe et semi-luxe abondent dans cette rue et ses restaurants ne donnent pas l’impression d’être à l’abandon. Ce n’est pas l’ouverture éventuelle d’une ou deux synagogues qui pourraient les mettre à mal, surtout si vous légifériez de façon intelligente, concertée avec la seule et unique communauté religieuse réellement visée, sur la façon de le faire adéquatement.

2) En ce qui concerne la rue Bernard, l’activité commerciale y semble à peine moins prospère, mais il est tout de même notable que plusieurs commerces sont fermés et que certains d’entre eux semblent moins achalandés que d’autres. À qui la faute? À la présence de la communauté hassidique dans cette rue ou dans le quartier? Allons donc!

Sous l’effet d’une inflation foncière qui ne fait l’affaire que des propriétaires déjà établis sur le marché, il est de notoriété publique que les jeunes familles sont nombreuses à délaisser les centre-villes pour la banlieue. Nous sommes également nombreux à avoir pris l’habitude de fréquenter les grandes surfaces et centres d’achat qui ne pullulent pas dans notre quartier. Voilà qui n’aide pas vraiment le commerce local.

Enfin, Internet et les réseaux sociaux nous fournissent maintenant tous les outils permettant de comparer les prix d’un magasin et d’un quartier à l’autre, voire à acheter nos produits non essentiels en ligne, sur Amazon, sur eBay, et à nous les faire livrer du Canada, des États-Unis, de Chine ou d’ailleurs. Croyez-moi, on ne s’en prive pas.

Bref, si votre intention est réellement de dynamiser le commerce sur ces deux rues, je pense qu’il y a bien d’autres actions plus prioritaires à imaginer. Quelques exemples :

  • Créer des zones de stationnement automobile de moyenne durée abordables, nombreuses et faciles d’accès à proximité des zones commerciales.
  • Accueillir à bras ouverts les auto-partages et les stations de Bixi (même si celles-ci font un peu de bruit au pied des immeubles : il faut choisir entre l’achalandage et la tranquillité absolue).
  • Accroître l’autre mixité de la zone Bernard en travaillant à l’ouverture d’un ou deux nouveaux lieux culturels (cinéma répertoire, café-théâtre, bar-discothèque, petit musée, etc.) qui appuieraient et diversifieraient la mission jusqu’ici dévolue au seul Théâtre Outremont.
  • Créer un mini-festival de musique ou autre dans le Parc St-Viateur afin d’amener de nouveaux publics dans notre quartier et leur en faire découvrir les attraits.
  • Et un dernier, un peu plus fantaisiste : réquisitionner tout un bloc et le confier à un promoteur qui le transformerait en grand centre d’achat « Quartier Outremont » capable de rivaliser avec le futur complexe Quinze40. Voilà qui ferait marcher le commerce!!! 😉

Je n’ai pas la prétention, ceci dit, d’apporter de solution miracle à la question des rues commerciales. Ce que je sais, c’est que la communauté juive hassidique n’est en rien responsable des difficultés que peuvent connaître les commerces de détail de notre arrondissement, de toute évidence partagés par la plupart des rues commerçantes de la ville.

Ce que je sais, c’est que l’identité canadienne-française a survécu à 350 ans de conquête grâce à son très haut taux de natalité. Ce taux a drastiquement chuté au cours des dernières décennies, mais pas dans les communautés hassidiques qui, effectivement, d’ici 20 ou 30 ans, seront très probablement présentes dans notre quartier en plus grand nombre qu’aujourd’hui. Ce n’est pas en brimant leurs moyens d’exercer leurs pratiques religieuses à la fois dans les zones résidentielles et les zones commerciales que vous repousserez cette réalité.

Que cela nous plaise ou non, cette population à l’identité affirmée a besoin de lieux pour vivre, pour prier, pour éduquer ses enfants et pour magasiner. Que cela nous plaise ou non, elle est maintenant fermement implantée dans le quartier et prospère sans trop de difficultés de l’autre côté de la frontière, fort heureusement poreuse, séparant Outremont du Plateau. Je ne crois donc absolument pas qu’elle quittera Outremont sans mener toutes les batailles médiatiques, légales et civiques qu’elle jugera nécessaire pour y conserver ses droits fondamentaux, reconnus par les chartes municipale, nationale, fédérale et internationales.

Aussi étrange que cela puisse paraître, plus vous tenterez de contenir par la force la croissance naturelle de cette population, plus elle recevra de support de l’extérieur. Il ne vous restera plus qu’à choisir entre la déportation pure et simple, en banlieue ou ailleurs, et le ghetto religieux, solution détestable à laquelle vous nous conviez présentement avec votre promesse d’ouvrir, plus tard, une étroite zone aux lieux de culte à l’extrême pointe nord-est de l’arrondissement.

Il est encore temps de choisir une autre voie : celle de la concertation citoyenne réaliste, ouverte, intelligente. Merci.

Zonage des nouveaux lieux de culte à Outremont (2016)

Une vision citoyenne des lieux de culte à Outremont

Voici un extrait de la consultation publique du 1er décembre 2015 sur le projet de règlement municipal interdisant les lieux de cultes sur les artères commerciales de l’arrondissement d’Outremont. Rappelons que la création de nouveaux lieux de culte y est déjà interdite partout ailleurs.

M. Guy Archambault, résident d’Outremont, ancien diplomate du Service extérieur canadien et ancien membre du Comité consultatif sur les relations intercommunautaires de l’arrondissement, exprime une approche réaliste mais respectueuse des droits fondamentaux, de la diversité culturelle et des intérêts de tous les Outremontais (car je pense qu’ils y gagneraient tous) face à cette question. C’est celle que la communauté hassidique et Les Amis de la rue Hutchison demandent aux citoyens de promouvoir et de défendre, au Conseil d’arrondissement comme dans cette pétition.

Une vision sectaire des lieux de culte à Outremont

Voici un extrait de la consultation publique du 1er décembre 2015 sur le projet de règlement municipal interdisant les lieux de cultes sur les artères commerciales de l’arrondissement d’Outremont. Rappelons que la création de nouveaux lieux de culte y est déjà interdite partout ailleurs.

M. Jean Larin, résident de l’arrondissement, ancien journaliste et directeur exécutif de Radio-Canada International, exprime un point de vue littéralement « sectaire » envers la minorité hassidique. Ce faisant, il révèle l’enjeu sous-jacent d’un projet de règlement qui, sans le dire ouvertement, vise à stopper l’expansion de cette communauté dans le quartier. Madame la Mairesse Marie Cinq-Mars doit s’y reprendre à deux fois pour l’arrêter, s’évertuant à balayer sous le tapis ce message tout en exprimant son admiration pour le messager.

J’aurais bien aimé qu’elle me gratifie de son admiration, moi aussi, en 2014… 😉

 

Ville intelligente… et lieux de culte à Outremont

Hôtel de ville d'Outremont: une ville intelligente?
Photo: Axel Drainville

À l’heure de la « Ville intelligente », quelque 260 citoyens ont participé, le 1er décembre, à une consultation publique de l’arrondissement d’Outremont portant sur un projet de règlement qui interdirait l’ouverture de nouveaux lieux de culte sur les avenues Bernard et Laurier. Mes activités professionnelles m’ont empêché d’y assister, mais voici l’essentiel de la lettre que j’ai envoyée au Conseil d’arrondissement, ce jour-là:

« Certains citoyens de notre arrondissement croient, à bon droit, qu’il est dommage de transformer des lieux de vies publiques (tels que le restaurant la Mère poule ou la Rôtisserie Fusée) en des lieux « fermés », puisque réservés à une seule communauté. La rue Bernard, disent-ils, devrait conserver sa vocation commerciale. Je peux comprendre ce point de vue.

Personnellement, je ne le partage pas car l’expansion de la communauté juive hassidique m’apparait comme une réalité incontournable qu’il est inutile de nier. Par essence, cette communauté a besoin de lieux de rencontre et de pratique religieuse et culturelle. Si on l’en empêche sciemment, c’est que l’on tolère à peine son existence en lui refusant toute croissance naturelle.

En ce cas, c’est sur cela qu’il faut faire porter clairement le débat: la communauté juive hassidique est-elle devenue indésirable, dans la durée, à Montréal et à Outremont? Si oui, pourquoi? Quel danger fait-elle planer sur la population? A-t-elle des velléités terroristes? Son comportement est-il source de troubles sociaux importants qu’il serait urgent de corriger? Comment s’y prendre? Et comment notre arrondissement compte-t-il régler le problème à long terme que cette cohabitation jugée difficile? En redoublant d’efforts pour la marginaliser ou en améliorant la communication susceptible de la mener vers une meilleure intégration?

En confinant les usages cultuels au nord de Van Horne, loin des lieux de vie ordinaires, en repoussant là une industrie religieuse que l’on ne saurait voir, on ne fera, à mon avis, que retarder toute possibilité d’intégration harmonieuse des nouvelles générations à long terme. Je trouve cela vraiment déplorable, d’autant que j’entretiens de très bonnes relations avec plusieurs familles de voisins hassidiques avec lesquels j’échange parfois de menus services de bon voisinage et, j’oserais dire, de fréquents témoignages d’amitié.

Ceci dit, toute cette affaire pourrait effectivement être mise sur la table, exprimée, discutée et négociée de façon acceptable pour tous. Au lieu de ça, votre administration a délibérément mis le feu aux poudres en autorisant la transformation à cet effet d’un local sur Bernard cet été, puis concocté en catimini ce plan dont je comprends fort bien l’inacceptabilité pour l’une des parties, le soumettant maintenant tel quel à une consultation publique qui va inévitablement générer énormément de méfiance, de rancœur, de frustration de part et d’autre.

Au lieu de régler la question de façon rigoureuse, par étapes successives, en préservant la paix et l’harmonie sociale, cette consultation publique mal ficelée va accentuer un peu plus l’état d’esprit conflictuel qui règne à Outremont, depuis de nombreuses années maintenant. C’est vraiment navrant et, pardonnez-moi de vous le dire, je trouve que cela parachève un échec administratif et politique cuisant dans ce dossier, imputable à toutes les administrations qui se sont succédé, à Outremont, ces vingt dernières années, incluant la vôtre. »

Une « ville intelligente », Outremont?

En clair, dans la mesure où il concerne tous les lieux de culte, ce projet de règlement ne m’apparait pas légalement discriminatoire. Mais le problème est ailleurs, essentiellement dans la mauvaise communication qui règne entre l’administration d’Outremont, son personnel politique, ses citoyens en général et sa communauté hassidique en particulier.

Avant d’en arriver à un projet de règlement contraignant, évidemment vécu comme une humiliation de plus par la plupart des citoyens Juifs du quartier, il aurait été beaucoup plus intelligent de mettre sur pied un groupe de concertation représentatif qui prenne le temps de débattre calmement des problèmes soulevés à plusieurs reprises. Ainsi, toutes les parties aurait pu faire valoir à l’autre ses griefs et ses besoins légitimes. Avec un peu de bonne volonté de part et d’autres, on en serait certainement arrivé à une entente qui n’aurait pas fait l’objet d’une levée de boucliers lors de la consultation publique préliminaire à l’adoption du nouveau règlement.

Évidemment, en procédant de façon musclée, en jouant la carte du populisme identitaire et en confortant ainsi les préjugés des uns et des autres, on ne peut arriver qu’à des positions de tranchées. L’enfer, c’est toujours les autres, n’est-ce pas? Vivement donc que le concept de « ville intelligente » débarque à Outremont. Et je ne parle pas de technologie, ici, mais de culture du « vivre ensemble ». Dans cet arrondissement comme sur toute la planète, l’avenir est pour l’heure aussi incertain que le temps qu’il fera le mois prochain.

▸ À écouter: captation audio du Conseil d’arrondissement du 16 novembre sur le sujet.

Comment je me suis fait sortir d’une consultation passionnante mais mouvementée!

sukka-rue-hutchisonDe retour de la consultation publique qui avait lieu hier soir au sujet de la règlementation encadrant la période d’installation des soukkas, je me sens un peu obligé de proposer ma lecture de ce que j’y ai entendu, de ce que j’y ai dit… et de laisser malheureusement de côté ce que je n’ai plus entendu parce que l’on m’avait expulsé de la salle. Rassurez-vous, cela m’a surpris mais pas vraiment blessé. 😉

La consultation avait lieu dans une grande salle du Centre communautaire intergénérationnel d’Outremont. Les Juifs hassidiques étaient venus en nombre — une bonne cinquantaine d’hommes et femmes, environ, dont plusieurs de mes voisins, avec qui d’entretiens de cordiales relations. Il y avait aussi un grand nombre (100 à 150) de citoyens non-hassidiques, résidents de l’arrondissement ou de ses environs, dont une assez large majorité en faveur de la tolérance et du règlement « sept jours avant, sept jours après » qui offre aux familles juives une marge de manœuvre qu’elles ne jugent pas idéale mais, à tout le moins, acceptable.

De façon globale, en effet, je pense qu’il faudrait être de très mauvaise foi pour ne pas admettre que le point de vue de l’égalité et de la tolérance a largement dominé le débat, tant en nombre d’interventions qu’à l’applaudimètre. Je pense aussi que les arguments de ce camp étaient moralement plus forts, mais ça, évidemment, c’est un point de vue « esthétique » , donc subjectif, et je ne m’attends pas à ce que tous le partagent.

Nos préjugés, alimentés par nos craintes et par notre insécurité intérieure, conditionnent beaucoup notre façon de recevoir les arguments qui nous déplaisent. Il n’est pas facile d’apprendre à regarder et écouter ce qui se passe autour de soi de façon vraiment objective. Il faut pour cela élargir sa vision en se plaçant dans la peau et les émotions des autres, mais trop peu de gens, malheureusement, se donnent la peine de faire cet exercice.

Une bonne douzaine de personnes, au moins, sont donc intervenues en sens contraire, soutenant la proposition « trois jours avant, trois jours après » de madame Forget. Ces personnes on fait état de la gêne que leur causent les soukkas de leurs voisins, soit parce qu’elles ne sont pas « esthétiques », soit parce qu’elles empiètent sur leur intimité — dans les grands immeubles où les balcons se touchent, notamment — soit parce qu’elles sont trop rudimentaires et présenteraient un risque d’incendie inquiétant.

Une citoyenne: « On paie cher pour vivre à Outremont [… parce que…] On a une qualité de vue. » (sic) Une autre: « Quand il y a juste 3 ou 4 familles, c’est pas pareil. » Ou encore: [Les cabanes,] « C’est simple: je ne veux pas les voir. »

D’autres citoyens se sont empressés d’indiquer que le premier argument est éminemment subjectif et que le dernier exprime une crainte toute aussi rudimentaire que les sukkas, car non étayée sur des faits réels. Une cabane collective géante qui s’effondre à Boisbriand ou un incendie causé par l’électricité, en janvier, dans une salle à manger, cela n’a strictement rien à voir avec les soukkas familiales d’Outremont.

La question de l’intimité dans les grands immeubles mériterait cependant que l’on s’y attarde. Il y a certainement des configurations domiciliaires se prêtant mal à cette fête à partir du moment où les voisins y sont exposés contre leur gré et de façon très directe. Il faudrait pouvoir en discuter calmement, avec la volonté sincère de trouver des solutions plutôt que de la confrontation. Mais le niveau de méfiance est tel, dans certains cas, que cela ne sera pas très facile.

C’est pourtant dans cette voie, je crois, qu’il faut aller afin de modifier les perceptions, puis envisager des solutions et effectuer les ajustements nécessaires. De toute évidence, ce ne sont pas quatre jours de plus ou de moins qui résoudront le problème. En adoptant un règlement perçu comme punitif, on ne ferait qu’augmenter simplement le rayon de ce cercle vicieux: «  Tu me nuis? Alors moi aussi! »

Plusieurs interventions ont été d’un très haut niveau. Je pense notamment à Magda Popeanu, conseillère municipale de Côte-des-Neiges, qui est venue dire à quel point le règlement « sept jours avant, sept jours après » était parfaitement adéquat dans son arrondissement où les soukkas ne posent finalement plus aucun problème. Un rabbin de Notre-Dame-de-Grâce a également livré un très beau témoignage empreint de rigueur morale et de dignité, rappelant les enjeux fondamentaux et même constitutionnels de ce dossier et invitant du même souffle les citoyens d’Outremont à agir avec cœur et compassion afin de s’entendre et d’augmenter le bien-être général.

Quand mon temps de parole est arrivé, tout avait donc été dit. Plutôt que de suivre les feuillets que j’avais préparés mais qui étaient désormais éventés, j’ai déposé une pétition de 442 signatures, réunies en cinq jours par une demi-douzaine d’Amis de la rue Hutchison, tous bien occupés. Cette pétition, qui n’est pas terminée, appuie la proposition initiale de « sept jours avant, sept jours après ». J’ai moi-même contribué un tout petit 45 minutes, dimanche dernier, à recueillir huit de ces signatures. C’est peu, mais cela m’a convaincu que cet accommodement « raisonnable », car réaliste, recueillerait facilement l’appui d’un grand nombre de citoyens ordinaires du quartier. Au final, il serait beaucoup mieux accepté socialement que le « trois jours avant, trois jours après » , jugé discriminatoire et/ou inutilement coercitif par l’ensemble de la population juive et par un grand nombre de non-juifs.

Je me suis donc contenté de reprendre les points tels qu’ils sont présenté dans la version numérique de cette pétition. Au bout de trois à quatre minutes, on m’a demandé de conclure (ça devait être ennuyant!) et j’ai tenté de le faire en expliquant que cet exercice règlementaire représente une opportunité de changer la dynamique et d’instaurer un véritable dialogue entre toutes les communautés concernées.

Derrière moi, quelques personnes excédées se sont mises à maugréer. Alors ma langue a dérapé. Je me suis retourné vers elles en précisant que ce « message d’espoir » s’adressait aussi à « mes concitoyens qui n’aiment pas les Hassidiques ». Là, c’en était trop. Tout le groupe des « trois jours avant, trois jour après » s’est mis à me huer. Un vieux monsieur au premier rang s’est retourné furieux en m’accusant de l’avoir traité d’antisémite, ce qui était tout à fait faux! Qu’à cela ne tienne; ma bulle d’espoir venait d’éclater sur une fin de non-recevoir. Du coup, la mairesse m’a demandé de quitter la salle, ce que j’ai fait avec le sourire parce qu’il vaut mieux, parfois, en rire qu’en pleurer.

 
C.A.

Consultation publique: la liberté et la paix sociale ont besoin de vous

Événement FacebookUne importante consultation publique va avoir lieu à Outremont le 29 octobre. Il s’agit de réviser le règlement limitant le droit des familles de confession juive, toutes communautés confondues, à installer des cabanes provisoires pendant la fête de Souccot sur leurs propres balcons et dans leurs propres cours (voir le billet précédent).

Quelques Amis de la rue Hutchison, un groupe interculturel informel dont je fais partie depuis environ un an, se sont réunis mardi soir sur la rue Hutchison et j’ai participé à cette conversation.

Voici le résumé que je peux en faire (mais qui n’engage pour l’instant que moi):

  • Nous acceptons le fait que l’arrondissement d’Outremont encadre cette pratique au niveau municipal, notamment pour éviter d’éventuelles nuisances ou tenir comptes de questions de sécurité.
  • Mais nous ne comprenons pas que le Conseil envisage de réformer le règlement actuel, qui laissait au moins à chaque famille une marge de manœuvre dans sa façon de l’appliquer, pour imposer une période d’installation des cabanes d’une durée fixée dans le temps de 15 jours, sans aucune marge de manœuvre.
  • Cela rendrait les choses très difficiles, voire impossibles pour beaucoup de gens. En d’autres termes, un tel règlement serait beaucoup trop coercitif et entraînerait fatalement un haut taux de « délinquance ». Les communautés concernées, appuyés par des groupes de citoyens modérés du quartier, se verraient en droit de le contester de toutes leurs forces.
  • Nous croyons que le Conseil devrait plutôt se rallier au texte initialement proposé par leurs propres fonctionnaires, qui limitait cette période à 24 jours (7 jours avant et 7 jours après les fêtes), comme c’est le cas dans la zone limitrophe de Côte-Des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce.
  • Nous rappelons qu’à l’Est, sur le Plateau Mont-Royal, les familles juives peuvent disposer de leur soukkas sans limite de temps, tout comme les québécois ordinaires disposent de leurs drapeaux québécois, de leurs citrouilles d’Halloween, de leurs crèches et autres décorations extérieures de Noël. Nous n’exigeons pas qu’Outremont devienne du jour au lendemain aussi progressiste, même si cela nous semblerait adéquat, mais nous demandons à tout le moins une approche similaire à celle de CDN/NDG. Elle a fait ses preuves et nous sommes prêts à collaborer à la rendre acceptable auprès de toutes les communautés concernées.

Nous appelons donc les résidents de l’arrondissement d’0utremont et d’une zone contiguë à l’arrondissement d’Outremont dans les arrondissements de Côte-Des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, de Villeray-St-Michel-Parc-Extension, du Plateau-Mont-Royal, de Rosemont-La Petite-Patrie et de Ville-Marie à faire un effort, mercredi prochain. Nous leur demandons de participer à la consultation, d’entendre les arguments des uns et des autres et de nous appuyer si notre cause leur semble juste.

Nous ne voulons surtout pas d’une nouvelle bataille intercommunautaire déchirant les concitoyens d’Outremont. Ce que nous voulons, au contraire, c’est travailler tous ensemble, dans le respect de tous et dans l’intérêt du bien commun, afin que cette bataille n’ait pas lieu. Pour cela, mercredi prochain, nous avons besoin de vous. Merci!

C.A.

Consultation publique à Outremont: paix ou intolérance?

A sukka at the U.S. Embassy in Tel AvivAvec sa verve habile et populiste habituelle, le souriant Pierre Lacerte, appelle les lecteurs de ses blogues (dont celui-ci) à se mobiliser en vue de la consultation publique du 29 octobre qui doit modifier le règlement de zonage concernant l’installation provisoire des soukkas. Ces cabanes éphémères à caractère religieux sont érigées chaque années dans le quartier pendant la fête de Soukkot. J’ai pris l’initiative de soumettre le commentaire qui suit et j’appelle tous les outremontois(es) et montréalais opposés à la posture intolérante de M. Lacerte d’y aller de leurs propres commentaires.


Monsieur Lacerte (c’est quand même moins méprisant que « Pollack »!), tu es un très bon rédacteur, certes, mais surtout un incorrigible sophiste qui met son talent au service d’une cause des plus douteuses.

  1. Tu ne montres ici que des photos de soukkas soigneusement choisies. Tu n’as pas photographié celle de mon voisin ni bien d’autres jolis assemblages du quartier, ni celles que l’on trouve à Jérusalem ou Paris.
  2. Personne (pas même Mindy Pollack!) ne t’en voudrait de proposer des règlements raisonnables écartant les risques pour la collectivité ou la dégradation de l’environnement. Mais le seul incident que tu aies trouvé pour stigmatiser l’horrible danger créé par les soukkas, c’est un incendie qui s’est produit en face de chez moi, en janvier dernier, provoqué par (?) une chandelle à l’intérieur de la maison. Ceci écrit au conditionnel (pratiques-tu le journalisme-trottoir ou de caniveau?) et n’ayant rien à voir, bien sûr, avec la fête de Soukkot.

Il me semble qu’un travail fondé sur la raison plutôt que sur la haine t’aurait amené à parler de cet autre incendie qui a eu lieu à Montréal l’an dernier: « Les arbres naturels, il faut les tenir bien imbibés » afin d’éviter ce genre de catastrophe, affirmait le chef des pompiers. Vaudrait-il mieux opter pour des sapins (je te cite) « de style-lego faits en plastique, plus légers, plus faciles à assembler, imputrescibles, donc réutilisables ad vitam aeternam »? Pas un athée, pas un chrétien, de nos jours, n’acheterait quelque chose d’aussi affreux, n’est-ce pas? 🙂

Toi seul, donc, sait ce qui est beau ou laid. Pas facile à suivre, madame Pollack? Tes raisonnements ethnocentriques, intolérants et populistes sont, c’est vrai, beaucoup plus faciles à décrypter.

J’aurais pourtant aimé que tu t’intéresses à la question posée par ma conjointe lors du dernier conseil d’arrondissement (elle demandait où se situe le préjudice, quel est le tort réel causé par les soukkas) ou que tu rappelles, comme je l’ai fait, qu’il n’y a aucun règlement, à ce sujet, dans l’arrondissement du Plateau Mont-Royal et qu’à Notre-Dame-de-Grâces-Côtes-des-Neiges, les soukkas sont acceptées jusqu’à 7 jours avant et après la fête (source: PDF), soit pendant 24 jours, comme le propose madame Pollack.

Rappelons le contexte de cette consultation. Mindy Pollack ne s’est pas « montrée très revendicatrice en déposant un avis de motion », elle l’a fait pour régler le problème posé à l’administration municipale par l’impossibilité de faire appliquer l’ancien règlement (« 15 jours », mais sans dates précises). Elle a donc déposé une motion de bon sens, reprenant l’usage de Côtes-des-neiges plutôt que celui du Plateau, et en s’assurant qu’il était acceptable pour la communauté concernée. Ce qui apparaît nettement dans les témoignages entendus ce soir-là.

L’adoption de cette motion, je crois, aurait garanti un large consensus et nous aurait épargné une nouvelle escarmouche. Par contraste, la prémisse « réglementariste » proposée par madame Forget et adoptée (« 3 jours avant, 3 jours après » = on ne lâche rien!) apparaît à mes yeux extrêmement mesquine. C’est une nouvelle gifle qu’elle assène à la communauté hassidique, peut-être dans l’espoir de la voir disparaître sous les trottoirs ou déménager vers d’autres cieux.

Tu peux compter sur moi et, j’espère, sur d’autres résidents non hassidiques de l’arrondissement pour dénoncer cette nouvelle poussée d’intolérance qui n’ose pas dire son nom. Si jamais elle l’emporte le 29 octobre prochain, ce qui est bien possible, il faudra se faire à l’idée qu’Outremont est l’arrondissement le plus intolérant de la Ville. Est-ce cela que tu souhaites, M. Lacerte, et ce pour quoi tu vas encore venir sonner à nos portes lors des prochaines élections?